Arnica qui es-tu ?

16 août 2016

Info Arnica #1 :

L’Arnica est issue des régions montagneuses d’Europe médiane, l’Arnica montana est reconnue pour ses propriétés médicinales. Elle recèle des trésors d’ingéniosité pour se protéger de son environnement.

Comment reconnaître

Avec sa tige velue et sa grande fleur jaune-orangé, l’Arnica montana est une plante sauvage facilement identifiable.

Plante vivace de 20 à 60 cm de haut, l’Arnica montana est reconnaissable avant tout par ses capitules (fleurs) jaune‑orangé, en forme de marguerite : ils sont assez grands (6‑8 cm) et solitaires (ou réunis par 3 ou 4), et dégagent une forte odeur aromatique. Comme chez beaucoup d’Astéracées, le capitule est composé de fleurs ligulées femelles et de fleurs tubulées hermaphrodites.

L’Arnica se distingue aussi par sa tige de couleur vert pâle, couverte de poils glanduleux et très odorants. Mais aussi par les feuilles qui se trouvent à sa base, ovales et à nervures longitudinales saillantes en dessous : on appelle cela la rosette.

Autre caractéristique : sa hampe florale de 20 à 50 cm souvent agrémentée de 2 petites feuilles caulinaires opposées ou sub‑opposées.

Enfin, les feuilles de l’arnica sont assez épaisses et velues. Ces poils présentent un double avantage pour la plante :

  • en reflétant la lumière, ils la protègent des brûlures, de l’évaporation et du dessèchement.
  • en se dressant comme une brosse, ils repoussent les palais sensibles des animaux : vaches, chèvres, moutons.

Le fruit est un akène (fruit sec) surmonté d’une aigrette plumeuse et dont la graine est légèrement velue.

L’Arnica possède un réseau souterrain important. Sa tige souterraine, appelée rhizome, sert à sa reproduction. Elle est aussi pollinisée par les insectes et ses graines sont dispersées par le vent.

Un lien de parenté avec la camomille

Il existe environ 30 espèces d’Arnica : ces plantes pérennes, herbacées, appartiennent à la famille des Asteraceae, comme la camomille ou le souci.

Les espèces les plus utilisées ? L’Arnica montana et l’Arnica chamissonis, présentes en Europe, ainsi que l’Arnica fulgens, l’Arnica sororia et l’Arnica cordifolia, originaires d’Amérique du nord.

Les noms populaires de l’Arnica

  • Herbe aux chutes : ce nom fait référence à son usage traditionnel depuis des siècles pour soigner les douleurs liées à un choc (bleu, bosses), et à la fatigue musculaire (crampes, courbatures).
  • Herbe à éternuer : le nom d’arnica est une déformation venant du mot grec « ptarnica », qui signifie « qui fait éternuer ».
  • Tabac des Vosges ou Tabac des Savoyards: une allusion aux anciens usages des feuilles d’arnica.
  • Herbe aux prêcheurs : une référence à un usage ancien de l’Arnica pour soulager la voix enrouée.

Info Arnica #2

Apprendre à connaître l’arnica :

L’Arnica montana contient de nombreux composés chimiques. La qualité de la plante dépend notamment de la présence d’un certain nombre de molécules actives dont la teneur varie naturellement.

Les molécules que l’arnica produit lui servent la plupart du temps à se protéger elle‑même. Sa composition dépend donc très fortement de son milieu environnant1 souterrain et aérien (animaux, insectes, soleil, PH du sol …).

Par exemple :

  • Les lactones sesquiterpéniques aux propriétés anti‑inflammatoires décrites dans la pharmacopée européenne, se retrouvent notamment dans les poils des bractées1, des capitules épanouis et des feuilles.
  • Leur goût amer a vocation à protéger la plante des animaux herbivores1.
  • Les flavonoïdes, largement représentés dans la classe des médicaments veinotoniques2 et anti-inflammatoires, sont une famille de composés que l’on retrouve également dans les tiges et les feuilles d’Arnica montana1.
  • Leur action anti‑oxydante permet de protéger la plante des méfaits du rayonnement solaire3,4.
  • Les huiles essentielles (principalement le Thymol utilisé en pharmacie pour ses propriétés antiseptiques5) se retrouvent dans le capitule et les feuilles mais surtout dans les rhizomes et les racines.
  • Elles protègent la plante des bactéries et champignons contenus dans la terre.

Le saviez-vous ?

L’arnica est connue depuis l’Antiquité mais c’est depuis le Moyen‑Âge et sa description par l’abbesse Hildegarde de Bingen (Ste Hildegarde) qu’elle est utilisée dans la pharmacopée traditionnelle.

Info Arnica #3

DSC_6646hd

Les conditions de son développement

L’Arnica montana est une « diva » : ses exigences en termes d’altitude, de sols et de climat font qu’elle ne pousse pas n’importe où.

L’Arnica montana, ou arnica des montagnes, affectionne les sols acides (pH compris entre 5 et 5,5) et siliceux, non calcaires. Elle a également besoin d’un terrain incliné d’au moins 3°, qui prévient l’humidité stagnante trop acidifiante et garantit l’écoulement satisfaisant de l’eau. « L’arnica est une diva car elle a besoin d’eau, mais pas trop », précise Françoise Merceron, Pharmacien et Responsable de l’achat des plantes pour les laboratoires Boiron.

Sensible aux variations brutales et importantes de températures, l’Arnica montana pousse dans les prairies d’altitude (à plus de 800 mètres) des régions montagneuses d’Europe médiane, du sud de la Suède au nord de l’Espagne.

CARTEFRANCE-ARNICA-V2

En France, on la rencontre surtout :

• dans l’est : Vosges (où le sol granitique lui est particulièrement favorable), Alpes, et beaucoup plus rarement Jura.
• au centre : Morvan, Plateau central, Cévennes.
• dans le sud-ouest : Pyrénées centrales

L’arnica des montagnes fleurit entre mai et août selon les étages de végétation. C’est une fleur estivale, qui s’épanouit aux alentours de la Saint Jean (solstice d’été) et que l’on peut trouver jusqu’en août, pour les floraisons tardives.


1 Botanique, biologie et physiologie végétales 2eme édition révisée Maloin
2 Vidal 2014
3 Observatoire National des effets sur le réchauffement climatique, Note technique N°3 Janvier 200
4 Kouzi, Am J Health-Syst Pharm—Vol 64 Dec 1, 2007 p 2434-244
5 Dorland’s Illustrated Medical Dictionary, 28th ed.

justine

Acheter en ligne