L’expertise Boiron

L’expertise Boiron pour garantir la pureté 

Dès son arrivée sur le site de Messimy à côté de Lyon, l’Arnica montana subit une batterie de tests pour contrôler sa qualité. Une étape indispensable avant la phase de transformation.

« L’Arnica est une plante très importante pour nous, car elle rentre dans la composition d’un certain nombre de spécialités que l’on fabrique, mais aussi car elle fait partie des produits phares que l’on va produire en tubes et doses. Toute l’équipe est donc extrêmement motivée au moment de son arrivée. On attend le mois de juillet avec impatience ! », raconte Loïc Butavand, Pharmacien et Directeur de la production du site de Messimy.

Dès sa réception au laboratoire, l’Arnica montana fait l’objet d’une déclaration informatique. Puis les équipes de contrôle procèdent à une reconnaissance botanique pour vérifier qu’il s’agit de la bonne plante, à l’aide notamment de flores.

Il y a flore et flore !

La qualité générale du lot est ensuite contrôlée. « On vérifie que la plante n’est pas parasitée, qu’elle n’a pas été abimée pendant le transport et qu’elle ne comporte pas d’éléments étrangers. On mesure également son taux d’humidité, ainsi que sa radioactivité à l’aide d’un compteur Geiger », précise Carmen Pont, qui travaille au contrôle Botanique des laboratoires Boiron.

post 9

Le respect des délais de livraison (48 h maximum après la récolte) et la provenance de la plante sont aussi vérifiés. Puis l’Arnica est soumise à des analyses phyto‑chimiques : contrôle des éléments étrangers et perte à la dessiccation sur la plante fraîche.

Si la plante passe tous ces tests avec succès, la libération informatique est effectuée. La phase de transformation et de fabrication peut alors commencer.

Tags: