Arnica, qui es-tu ?

fleur-arnica-banniere

L’Arnica est issue des régions montagneuses d’Europe médiane, l’Arnica montana est reconnue pour ses propriétés médicinales. Elle recèle des trésors d’ingéniosité pour se protéger de son environnement.

DSC_6741_hd

Comment te reconnaître ?

Avec sa tige velue et sa grande fleur jaune-orangé, l’Arnica montana est une plante sauvage facilement identifiable.

Plante vivace de 20 à 60 cm de haut, l’Arnica montana est reconnaissable avant tout par ses capitules (fleurs) jaune‑orangé, en forme de marguerite : ils sont assez grands (6‑8 cm) et solitaires (ou réunis par 3 ou 4), et dégagent une forte odeur aromatique. Comme chez beaucoup d’Astéracées, le capitule est composé de fleurs ligulées femelles et de fleurs tubulées hermaphrodites.

L’Arnica se distingue aussi par sa tige de couleur vert pâle, couverte de poils glanduleux et très odorants (trichomes). Mais aussi par les feuilles qui se trouvent à sa base, ovales et à nervures longitudinales saillantes en dessous : on appelle cela la rosette.

Autre caractéristique : sa hampe florale de 20 à 50 cm souvent agrémentée de 2 petites feuilles caulinaires opposées ou sub‑opposées.

Enfin, les feuilles de l’arnica sont assez épaisses et velues. Ces poils présentent un double avantage pour la plante :

  • en reflétant la lumière, ils la protègent des brûlures, de l’évaporation et du dessèchement.
  • en se dressant comme une brosse, ils repoussent les palais sensibles des animaux : vaches, chèvres, moutons.

Le fruit est un akène (fruit sec) surmonté d’une aigrette plumeuse et dont la graine est légèrement velue.

L’Arnica possède un réseau souterrain important. Sa tige souterraine, appelée rhizome, sert à sa reproduction. Elle est aussi pollinisée par les insectes et ses graines sont dispersées par le vent.

Un lien de parenté avec la camomille

Il existe environ 30 espèces d’Arnica : ces plantes pérennes, herbacées, appartiennent à la famille des Asteraceae, comme la camomille ou le souci.

Les espèces les plus utilisées ?
L’Arnica montana et l’Arnica chamissonis, présentes en Europe, ainsi que l’Arnica fulgens, l’Arnica sororia et l’Arnica cordifolia, originaires d’Amérique du nord.

Les noms populaires de l’Arnica

  • Herbe aux chutes : ce nom fait référence à son usage traditionnel depuis des siècles pour soigner les douleurs liées à un choc (bleu, bosses), et à la fatigue musculaire (crampes, courbatures).
  • Herbe à éternuer : le nom d’arnica est une déformation venant du mot grec « ptarnica », qui signifie « qui fait éternuer ».
  • Tabac des Vosges ou Tabac des Savoyards: une allusion aux anciens usages des feuilles d’arnica.
  • Herbe aux prêcheurs : une référence à un usage ancien de l’Arnica pour soulager la voix enrouée.

Crédit photo ©Serge Sang